22 déc. 2008

Alors, un livre ?

Au monde revient l’objet matériel, *
Aux hommes qui savent, le contenu,
A ceux qui comprennent l’être, le geste.

Ecrire un livre comme l’abeille butine, comme la plante croît, comme la lionne dévore sa proie. Etre présent en ce monde quand bien même on serait persuadé d’en connaître les secrets, quand bien même on se connaîtrait soi-même « comme jamais » …

La règle, l’éthique du dire ontologique si l’on veut, c’est de signifier dans tous les cas un geste. Ce qui n’est pas geste, un style, une respiration, un acte de présence, une relation vivante ne vit pas, ça n’appartient qu’à la sphère de cet esprit magnifique fait dieu à laquelle on n’accède que par un étranglement de l’être. Image d’un sablier dans lequel l’être se transforme comme par miracle (forcément) en esprit.

__________________

(*) La pièce à conviction.

2 commentaires:

joruri a dit…

Je t'ai lu. Ma pensée en a été précisée. Ecrire de ta part nous est utile (et régalant) :)

unevilleunpoeme a dit…

Ecrire, est un travail de tous les jours...