25 oct. 2008

Du moi au « soi »


Chacun des hommes dit « moi, je ». C’est dire que tous réfèrent à un même vocable, à une même identité-type pour dire ce qu’il a (est !) de plus personnel, de particulier, d’unique. Chaque nouveau-né apprend à son tour très vite à le dire aussi, à le croire, à le penser surtout. Si un homme meurt à l’instant précis où cet enfant dit pour la première fois « moi, je », alors peut-être une certaine balance des comptes est-elle à jour ? Surtout, ce moi-je parti à l’instant pourrait tout aussi bien être continué par ce nouvel arrivé ! Elucubration sans doute …

De fait, pourtant, chacun a beau dire à tout instant moi-je et s’en glorifier même, il n’y est pour rien, il ne s’est en aucun cas choisi. Il est à même de dire :

« Je ne suis pour rien dans moi. »

Il n’est pas faux de croire que je suis juste là, doté de langage, pour me donner raison d’être comme je suis moi. C’est cela moi-je, une sorte de legs, de prêt, de responsabilité :

« Bien tenir sa maison-moi,
Je suis celui à qui elle est confiée ».

Or donc, si je ne suis pour rien dans moi, si je ne viens qu’après moi, qu’après ce moi avec lequel « il faut bien faire », j’aurais donc pu tout aussi bien avoir affaire à tel ou tel autre ! Tiens ! celui-là justement, par exemple, qui passe à l’instant devant moi, peut--être. Voyons, comment vais-je m’y prendre ? Celui-là non plus je ne l’ai pas choisi ! Voici donc, me voila gros alors que j’étais maigre, beau alors que j’étais ordinaire, égocentré alors que j’étais plutôt laxe.

« Bonjour, il faut que je vous raconte,
Un instant vous avez été moi ».

.

4 commentaires:

joruri a dit…

Oh qu'est-ce que c'est beau ! j'en ai les larmes aux yeux !!!
Comme je suis content de pouvoir t'apprécier Varna !
c'est merveilleux...

joruri a dit…

Toute la question étant de savoir ce que l'on trouvera à l'horizon de cette indétermination.
Et de même, que peut-on savoir de ce qui se trouve à l'horizon de la personnalité ? Que sera la personne dans 2000 ans ?

kintana a dit…

« Bonjour, il faut que je vous raconte,
Un instant vous avez été moi ».
... et alors? Il a répondu quoi l'autre?
J'aimerai bien la suite de cette rencontre... version Varna. :-)))
Coucou Joruri.
Bonsoir Varna.

varna a dit…

Coucou Kinta !
Eh bien l'autre, tout étonné, et ravi même de se sentir soudain allégé et partagé, a demandé ingénument : "Comment avez-vous fait ? moi aussi j'aimerais bien un instant être vous !"

De fait, c'est mettre là un pied dans l'inter-être, peut-être : comme dans le texte, dans ce peut -- être autre que seulement moi. Si "Suis d'abord, je ensuite" (autre billet), alors l'autre suis d'abord aussi, et n'es toi qu'en seconde LIEU (sic).

[En premier lieu, je te le laisse à ton initiative ; il y a des choses qui ne se prêchent pas ! ;-)]