6 sept. 2008

Sans mot dire

Un animal s’enfuit à mon approche. Il atteste ainsi d’une réciprocité de présences entre nous, entre deux êtres n’ayant pas de langage commun : l’espace physique est l’espace ontologique par excellence :

Espace de « l’inter-être »,

De dire-être pareillement

Sans avoir besoin de se dire.


_

4 commentaires:

joruri a dit…

La pure spontanéité...
mais contaminés par le devoir de dire/réciter; pourra t-on revenir
à cet Eden de la communication ?

varna a dit…

Moi je ne le vois pas comme un Eden, mais comme un signe basique (mais instructif) : inter-être se passe de langage.
Cela dit, ce que nous y rajoutons, nous, est magnifique, du moment qu'on ne s'imagine pas que être et l'espace commun aient absolument besoin de nos mots, comme le silence aurait besoin de sons pour acquérir du sens ...

Anonyme a dit…

La spontanéité fait feu de tout bois, même du langage...Quel est l'inverse de la spontanéité? L'intentionnalité?

varna a dit…

Dote l'oiseau d'un cerveau d'homme et, s'il en a le temps ( = si l'instinct n'est pas encore le plus fort) il prendra la décision ... de s'enfuir.
L'intention (réfléchie, donc) est-elle le luxe offert à la spontanéité de se réfléchir ?

Mais alors nos pensées, nos dires, nos intentions auraient-ils toujours un temps de retard - et une grande illusion d'avance ?